Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

l alsace

2008-06-04T00:30:00+02:00

Le mur paien (Mont Ste Odile)

Publié par zoe

 

Le MUR PAIEN

du Mont Sainte Odile

 

Une énigme archéologique au coeur de l'Alsace

 

 



Le Mur Païen est l’un des sites les plus mystérieux d’Alsace.Le doute plane sur ses origines sans que jamais personne ne soit tombé d'accord. Ce mur mégalithique est-il du Xème avant notre ère, ou fortification germanique du Ier avant J.C. ou encore ouvrage mérovingien du VIIème siècle, on s'interroge toujours... Le mystère perdure, on peut cependant affirmer que plusieurs Le doute périodes de construction ou de remaniement se succèdent et supposer que le mont avant d'être un sanctuaire chrétien était déjà un lieu de culte !

Enceinte défensive ou enceinte cultuelle ?

Il dégage une étrange atmosphère, difficile de ne pas se laisser envoûter par cet endroit fantastique où se mêle un curieux jeu d’ombres et de lumières. Il s’étend sur près de 11 kilomètres tout autour du Mont-Sainte-Odile. Un sentier permet aux visiteurs d’y faire une belle promenade.

 

Son nom lui a été donné par le Pape Léon IX jugeant la construction antérieure à la période chrétienne.


Ci-dessous des liens qui vous permettront de découvrir plus sur ce fameux mur

http://www.mur-paien.fr/ensemble%20cadre%20nouveau.htm

http://www.photo-alsace.com/photos-mur+paien.html

http://pagesperso-orange.fr/baba-regio/mont-sainte-odile_odilienberg.htm

 

 

Voir les commentaires

2008-05-16T22:56:00+02:00

Zoo de Mulhouse

Publié par zoe

Mulhouse possède l'un des plus beaux parcs d'Alsace dans un paysage vallonné, la nature y est mise en scène au fil des saisons. Plus qu'un lieu de détente et de loisirs, le parc mène aujourd'hui des recherches scientifiques, élève des espèces animales menacées et cultive des variétés botaniques rares

Créé en 1868 par un groupe d'industriels mulhousiens, le parc zoologique et botanique de Mulhouse s'agrandit au milieu du XXe siècle.



Dans un style romantique le parc propose au visiteur une magnifique collection botanique locale et exotique. 
 

           

  Répartie en jardins thématiques, cette collection végétale est l'occasion d'un parcours original sur les 24 hectares du parc. 

265 variétés de pivoines (Paenia),
148 variétés d'hémérocalles (Hemerocalle),

150 variétés d'hortensias (Hydrangea),

400 variétés de rhododendrons (Rhododendron),
515 variétés d'iris (Iris),
75 variétés de dahlias (Dahlia), 70 espèces et variétés de tulipes (Tulipa)
...

 

Le jardin des tulipes et des dahlias vit deux temps forts dans l'année. Au printemps, le jardin expose 20 000 plantes bulbeuses en fleurs, dont une belle collection de tulipes, de narcisses ou de jacinthes. A l'automne, le jardin est le théâtre de l'efflorescence colorée de nombreuses variétés de dahlias.

Sur le parcours, traversez également le jardin des graminées, le jardin de tous les sens 
et le jardin des plantes d'Alsace           



 puis rendez visite aux 1 200 animaux du zoo dont des espèces en voies de disparisition

Le zoo de Mulhouse est l’un des membres fondateurs du CEPA, Conservation des Espèces et Populations Animales dont la vocation est de protéger des espèces animales oubliées. Il participe à de nombreux programmes internationaux de recherche et de conservation des animaux comme par exemple l’EEP, Programme Européen pour les Espèces Menacées.


                                    

 

 

  
Le loup du Canada
Le lémurien aux yeux turquoises 

Les singes sud-américain

Le tigre de Sibérie
La panthère de l'amour
Le zèbre de Grévy

   L'addax

Le cerf du prince Alfred

Le cerf vietnamien  

Le vautour moine


                                                                L'île aux lémuriens

Plus qu'un lieu de détente et de loisirs, le parc mène aujourd'hui des recherches scientifiques, élève des espèces animales menacées et cultive des variétés botaniques rares
 
Des aires de jeux et de pique-nique sont à votre disposition ainsi qu'une auberge alsacienne.

 

 

 


Le parc zoologique et botanique a reçu le label Jardin remarquable en 2005

 

 

Spécial anniversaire 1968-2008

Exceptionnel ! pour les 140 ans du zoo, tout le mois de septembre (hormis le 14), entrée offerte à tous les visiteurs dont l'année de naissance se termine par 8.


Et voici un lien avec de superbes photos
http://jardinoscope.canalblog.com/archives/2007/09/08/6141101.html

 

et le lien officiel du site du zoo de mulhouse
http://www.zoo-mulhouse.com/

Préserver ce qui est unique
 http://www.mulhouse.fr/fr/culture.php?PAGEID=1574

 

Voir les commentaires

2008-04-24T23:11:00+02:00

L'Ecomusée d'Alsace

Publié par zoe

Terre de Culture et de Tradition, l'Alsace peu à juste titre s'enorgueillir de posséder plus de 75 musées ouverts au public.


L'écomusée d’Alsace est un village recréé de toutes pièces sur une friche industrielle de mines de Potasse d’Alsace.


C’est un musée vivant dans lequel sont regroupées et reconstituées d’authentiques constructions alsaciennes (maisons à colombages, maisons d’ouvriers, boutique, mairie, tour fortifiée, Halle des fêtes, ferme, école, lavoir, jardins, champs…), généralement anciennes (certaines datant du XVe siècle) et visitables, où des acteurs costumés, dont certains sont bénévoles, présentent les travaux traditionnels de la région au moyen d’outils d’antan : forgeron, charron, tonnelier, scieur, sellier, menuisier, boulanger…).
 Il a été fondé en 1980 par l'association "Maisons paysannes d'Alsace"
 qui a réuni bâtiments et objets voués à la destruction qu'elle avait collectés à partir de 1972 au travers de son réseau de bénévoles. 

Ce vaste musée situé à proximité de la commune d’
Ungersheim, organise souvent des fêtes folkloriques conviviales, pour la plupart calquées sur le calendrier liturgique.

Il comporte également un très grand carrousel-salon : « l’Eden Palladium » (unique en Europe), datant de 1909, un manège et un bâtiment entièrement démontables. C'était un lieu autrefois réservé aux adultes, qui aujourd’hui fait la joie des enfants et qui fonctionne depuis toujours à l’électricité (autrefois à l’aide d’une génératrice à vapeur).
      

 

Dans la première phase de création et d'installation, l'action des bénévoles a été fortement soutenue par le Département du Haut-Rhin et la Région Alsace, et a permis l'ouverture au public en 1984.

 

Un patrimoine vivant exceptionnel, l’Ecomusée d’Alsace est le parc du monde d’hier et de demain.

  

Découvrez la vie quotidienne et les savoir-faire aujourd’hui disparus, dans une mise en valeur ludique et vivante ! Grâce à ses nombreuses animations, l’Ecomusée d’Alsace est le plus important de France, l’un des plus riches et prestigieux d’Europe.

 

J’espère vous avoir donné l’envie de visitez ce très beau village et je vous conseille d’allez découvrir le site officiel 

http://www.ecomusee-alsace.fr/accueil.asp

Et d autres liens ou vous trouverez photos et explications diverses

 http://www.tourisme68.com/fr/activites-loisirs/lecomusee-d-alsace-partez-a-la-decouverte-de-la-culture-alsacienne.html?menu=3

L’Ecomusée d’Alsace est située à 25 mn de route de Colmar, à 35 mn de Belfort et de Bâle et à 1h de Strasbourg

Voir les commentaires

2008-02-27T22:25:00+01:00

Le musée de l'Automobile

Publié par zoe
4992_musee_alsace.jpgLa Cité de l'Automobile
 
Située à Mulhouse en Alsace, la Cité de l’Automobile - Musée National - Collection Schlumpf - est le plus grand musée automobile du monde. Visitez ce musée exceptionnel créé par Fritz Schlumpf, récemment modernisé et agrandi, qui s’étend sur plus de 25 000 m².. Un grand musée, une grande collection, un grand moment300px-Bugatti_Limousine_Type_41_1933_Mulhouse_FRA_002.jpg
Le Musée national de l'Automobile est l'aboutissement de la passion d'un homme : Fritz Schlumpf, qui toute sa vie durant, a collectionné les voitures d'exception. En 1935, Fritz se lance avec son frère dans l'industrie lainière à Malmerspach (Haut-Rhin). Leur fortune continue de s'accroître et Fritz collectionne les voitures,
 A partir des années 60, la prospérité des affaires lui permet d’acquérir plus de 500 modèles qu’il entrepose à Mulhouse dans une de ses filatures en désaffection. Durant de très nombreuses années, sa collection était privée et inconnu du grand public.  ... Seul un cercle très fermé de privilégiés y eut accès
En 1977, l’empire industriel des frères Schlumpf s’écroule. Après un conflit social très violent  les Schlumpf se "réfugient" en Suisse, abandonnant leur précieuse collection
 Les salariés décident d’occuper l’usine désaffectée et y découvrent ces trésors. Ils décident alors d’ouvrir un musée au public pendant deux ans. A l’initiative de Jean Panhard, en 1981, une association se constitue pour sauver la collection et rouvre le musée en 1982.
Le Conseil d'Etat la classe "monument historique". Désormais, cette collection de 200 voitures se présente comme le plus grand musée de l'automobile au monde.schlumpf2-copie-1.gif
 
Le musée des frères Schlumpf, aujourd’hui propriété de l’état, ce sont plus de 400 véhicules exposés ! Et des autos d’exception dans toutes les rangéesschlumpf1-copie-1.jpg
Chaque année plus de 200 000 visiteurs, passionnés ou simples curieux viennent visiter le musée des Frères Schlumpf. Avec le musée de Beaulieu en Angleterre, il demeure l’un des plus grands musées automobile au monde ouvert au public. 400 véhicules sont exposés, avec notamment des autos très rares et prestigieuses, ce qui rend cette collection plus exceptionnelle encore !
On peut y admirer des chefs d'oeuvre
L’inventaire des marques présentes illustre à lui seul l’attrait de la collection : Bugatti, Hispano-Suiza, Ferrari, Rolls-Royce, Maserati, Maybach, Mercedes,... 745_espace_aventure.jpg 
Depuis 1999 et sa reprise en gestion par Culture Espaces, le Musée National de l’Automobile connaît une véritable renaissance.
Difficile de rester de marbre face à certains joyaux exposés ! Jugez plutôt, rien que dans la gamme Bugatti, pas moins de trois Bugatti Royales sont exposées dont le très célèbre coupé Napoléon, voiture personnelle d’Ettore Bugatti... Exceptionnelle et inestimable ! Dans les autos de course, undefined
une kyrielle de Bugatti Type 35, mais aussi des Ferrari de Formule 1, ou encore pour les nostalgiques des autos bleus et de Jean Behra, des Gordini
 
Une collection incontournable pour tout passionné d’automobiles de sport et de luxe, tant la richesse de cette collection est impressionnante. Toutes les grandes marques de l’entre-deux guerre sont représentées dignement avec évidemment un favoritisme affiché pour Bugatti. Des modèles variés de toutes les époques, une présentation résolument mise au goût du jour et des animations un peu partout dans les allées et dans les espaces pour permettre au visiteur d’apprendre et se divertir pendant toute sa visite...voiture-tonneau.jpg(voiture tonneau)
 
 
 
 
 
Voici l’histoire de la Bugatti Royale « Coupé Napoléon » qui est la pièce maîtresse de cette collection
 
Prototype : Châssis 41100, moteur n°3:Afin d'effectuer des essais routiers, ce premier châssis (1926) sera équipé à la hâte d'une carrosserie de torpédo provenant d'une Packard.undefined
Bien vite, en 1928, un curieux coupé fiacre dessiné par le patron lui-même va équiper ce châssis.Cette carrosserie ne satisfaisant pas Ettore, en 1929 il va en dessiner une nouvelle: une berline, également de style hippomobile.undefined
Toujours en 1929, c'est au tour d'une élégante carrosserie coach "souple" suivant un brevet Weyman. Equipée d'une superbe malle de voyage en cuir spécialement créée par Hermès, cette carrosserie plaît énormément à Ettore.
 D'abord en jaune et noir,undefined elle sera ensuite entièrement noire.
Mais Ettore s'endort un jour au volant et la voiture est totalement détruite.undefinedVexé et superstitieux, Ettore fait reconstruire totalement la voiture mais conserve la plaque avec le même numéro de châssis. Le châssis ne fait plus que (!) 4,27m d'empattement , le nouveau moteur est ramené à 12,763 litres de cylindrée (comme toutes les autres Royales). La nouvelle carrosserie coupé chauffeur sera exécutée à l'usine sur un dessin magistral de Jean. Surnommé "Coupé Napoléon", il sera conservé dans la famille Bugatti jusqu'en 1958, jusqu'à de son rachat par Fritz Schlumpf. undefinedElle est maintenantg l'une des pièces maitresses du Musée National de l'Automobile, Collection Schlumpf/undefined
 

Et voici quelques liens qui vous permettent de découvrir cette superbe collection
 
 
 
 
 

Voir les commentaires

2007-12-18T00:49:54+01:00

Le Schweissdissi

Publié par zoe

Le Schweissdissi En 1906, le Maire de Mulhouse, Emile Kaiser, souhaita remplacer l'ancienne fontaine monumentale (stockbrunnen), démolie en 1798, pour les fêtes de la réunion de Mulhouse à la France. Pensant bien faire pour le plaisir de ses citoyens, il lança un concours public destiné à doter la place de la Réunion, en face de l'hôtel de ville, d'une belle oeuvre d'art, censée représenter l'ardeur au travail de ses administrés. Comme aucun projet n'était à son goût, il fit d'abord construire une grande fontaine de 9 mètres de diamètre (Monumental Brunnen) et chercha une alternative pour son monument. Pour pouvoir orner le sommet de cette fontaine, il réussit à convaincre le conseil municipal de faire l'acquisition d'une statue qui avait été commandée au sculpteur autrichien F. Behr pour être installée à l'entrée du tunnel du Lochsberg en Suisse. Réalisée à Florence, en bronze, elle pèse 4500 kg et fait 5,60 mètres de haut. Le sculpteur s'est, semble-t-il, inspiré de la bible, qui dit quelque part "tu gagneras ton pain à la sueur de ton front", pour figurer un terrassier s'essuyant le front avec son avant bras. Cette statue, une fois réalisée, fut refusée par les autorités Suisses (on réalisera pourquoi plus tard !), ce qui permit au Maire de Mulhouse de faire ce qu'il croyait être une bonne affaire.... Le jour de l'inauguration, le 21 avril 1906, la statue devint la star de la place. Oui, mais voilà... la réaction d'une partie de la population ne fut pas celle attendue par le Maire ! De plus, les badauds affublèrent aussitôt ironiquement la statue du sobriquet de "Schweissdissi" (pouvant se traduire par "type en sueur" ou "Jean Baptiste qui sue" ).

                                                                   

Cette statue est très réussie, bien faite, réaliste et imposante. L'artiste a dû s'inspirer d'oeuvres antiques pour la perfection de l'attitude, le relief de la musculature, et le peu de vêtements. Seul un morceau de tissu cache ses attributs virils, ...mais pas son fessier !...Hélas pour la suite, car ce cul nu causera la perte du Schweissdissi ! On réalisa très vite que, quelle que soit l'orientation de la statue, les vertueuses paroissiennes du temple Saint Etienne ou le personnel de la mairie bénéficiaient d'une vue imprenable sur ces magnifiques parties charnues et musclées à souhait ! De toutes façons, quelle que soit l'orientation, la gigantesque statue montrait son cul à quelqu'un ! Si la municipalité décida de laisser du "temps au temps", en pensant que les ricanements, protestations, etc, allaient se calmer, il n'en fut rien ! Devant cette situation dramatique, le 14 septembre 1909, la statue, probablement trop en avance sur son temps, fut "exilée" dans le jardin d'horticulture du Tivoli, grâce à un don de 5000 marks de la Sté Industrielle de Mulhouse, qui aida la ville à dégager la place pour évacuer cette "chose si peu respectueuse des institutions". L'objet du litige fut bien entendu orienté vers les arbres.... L'incident semblait définitivement clos. Toutefois, du fait de la guerre 1939-45, la statue fut démontée et réquisitionnée par les Allemands pour récupérer le bronze. Celui-ci se révélant d'une mauvaise qualité, la statue du Schweissdissi survécut, et fut entreposée dans un chantier municipal. En 1950, elle retrouva sa place au Tivoli.

Elle servit même de symbole à la foire exposition.... Mais ce n'est pas fini... Au printemps 1990, juste avant la piétonisation de la place de la Réunion, notre colosse revint sur les lieux du "délit" pendant quelques semaines. Cette fois, pour ne pas faire de jaloux, il tournait sur lui-même sur un socle spécial, et redevint la mascotte de Mulhouse et l'attraction de la place. Comme quoi, selon l'adage connu : "on n'a pas de pétrole mais des idées" , la municipalité fit ainsi preuve d'imagination, d'un grand sens du partage, permettant à tous les promeneurs, commerçants, fonctionnaires municipaux, fidèles du temple et autres visiteurs, de bénéficier des énormes fesses du héros de la place, sans même à avoir à en faire le tour, pour les admirer en toute discrétion. Imaginez la suite de l'histoire si nos ancêtres y avaient pensé en 1906.... Les protestations de certains se firent encore entendre... Toutes les bonnes choses ayant une fin, le 7 avril 1990, notre statue retrouve le purgatoire et le cache-fesse des arbres et haies du Tivoli, où elle fut raccompagnée en grande pompe par les membres de la "Schweissdissi Confrérie Milhüsa*" en tenue d'apparat. Le 7 juillet 1996, pour le 90e anniversaire de son arrivée très remarquée sur la place de la Réunion, le Maire, le président de l'association éponyme, en présence des conseillers municipaux et autres personnalités, apposèrent une plaque commémorative retraçant l'historique de la plus célèbre statue de la ville. Quel est l'avenir du Schweissdissi ? Nul ne le sait ! On tremble à l'idée de voir le Tivoli perdre ses arbres et dévoiler à nouveau l'arrière train de ce pauvre travailleur ! On pourrait penser que la question ne se pose plus au troisième millénaire, mais les grincheux et autres faux-culs sont immortels, les paris sont ouverts au sujet du lieu de son prochain exil... Décidément, les travailleurs sont toujours mal-aimés quand ils n'ont rien à se mettre sur le cul ! (Source : www.nithart.com/anecdote) ------------------------------------------------------------------------------ *La "Schweissdissi confrérie" est une confrérie de sauvegarde de la langue alsacienne très active, qui organise tous les ans une manifestation où un acteur joue le rôle du Schweissdissi, dans le même appareil, faisant encore jaser toujours les mêmes.

Voir les commentaires

2007-10-25T19:02:45+02:00

STEINBRUNN LE BAS un peu d'histoire

Publié par zoe

Historique de la commune

La découverte de traces d'une station néolithique (villa gallo-romaine des VIIIème - Xème siècles) au lieu-dit "SCHAENTZLE" indique une occupation ancienne et continue du ban communal. .

Cité dès le IXe siècle, le village Rattaché au bailliage de Landser, fut inféodé aux nobles de STEINBRUNN du XIIème au XIVème siècle. Cette famille compta parmi ses membres, Werner, ministériel de Louis de Ferrette (1188), Albert, chanoine de Bâle (1265), Agnès, abbesse d'Ottmarsheim (1323) et surtout Berthold, abbé de Murbach A l'extinction de cette famille, le village passa successivement aux mains des seigneurs de HESINGUE, des ZU RHEIN, des TRUCHSESS de WOHLHAUSEN et finalement des REINACH à partir de 1694 .Le château fort des Steinbrunn était entouré de fossés alimentés par les eaux du Muehlbach. Il fut saccagé en 1635, en même temps que celui de Landser.

Le manoir actuel, construit en 1695 par la veuve du dernier des Truchsess, Marie Françoise d'Andlau, porte les armoiries des deux familles .

 A l'extérieur du village, deux moulins, celui du Kaegy et celui de la Schleiffmühle ont cessé leurs activités à la fin du XIXème siècle.

Au nord de la localité, près de la chapelle Sainte Apolline, des pièces de monnaies romaines, des armes et des poteries, retrouvées au siècle dernier, attestent également une occupation du sol dès cette époque. Construite près d'une source dite Taufsteinbrunnen, elle fut peut-être un lieu de baptême dès le début de la christianisation du Sundgau. On y a trouvé des pièces de monnaies romaines, des armes et des poteries attestant une occupation du sol dès cette époque. Le site était occupé par le village disparu de « Klein Colmar », mentionné dans les textes.

 Sainte Apolline qui a subi le martyre au IIIe siècle, est invoquée contre les maux de dents et les douleurs stomatiques. Elle est également vénérée à Guevenmatten et à Franken. La chapelle, lieu de pèlerinage rénové en 1986, contient un crucifix du XVIIIe siècle. A l'avant, sur une stèle, est installée une croix de cimetière de 1787, avec le monogramme du Christ

L'église Steinbrunn-le-Bas comprenait autrefois deux paroisses, délimitées par un ruisseau. L'une était dédiée à saint Léger, l'autre à saint Laurent. C'est dans cette deuxième que le curé Jean Hofer prêcha, sans succès, la Réforme en 1524. A partir de 1545, les paroisses sont réunies mais les deux sanctuaires subsistent. Le presbytère actuel est alors construit.

En 1756, l'église Saint-Laurent est interdite au culte vu son état de délabrement, celle de Saint-Léger est reconstruite en 1773.

On y verra surtout, dans une niche, une pietà des année 1520 avec un Christ un peu plus tardif,

ainsi qu’à l'entrée du chœur, les statues

de saint Blaise portant deux cierges

et de saint Nicolas, provenant de la chapelle Sainte-Apolline.

La chaire, les autels et les fonts baptismaux forment un bel ensemble de style baroque.

Dans une fresque du plafond, Limido a représenté la Résurrection

et, sur le tableau du choeur, le Christ avec saint Laurent et saint Léger. Les habitants de Steinbrunn ont servi de modèles au peintre qui les a figurés devant l'église du village.

Le Christ en croix, de belle facture, au-dessus de la porte de la sacristie date de 1630.

Dans la rue Principale, à l'angle de la rue des Orphelins, on verra à droite une maison à colombage avec une inscription et des dessins sur les poutres d'angles. Elle fut édifiée en 1706 par le greffier Jean Wolfgang Bind (1662-1722). En face, une autre maison à colombage avec four à pain. Dans le virage, remarquer la première maison à droite en pierre, de style gothique

Depuis 1962, on note une reprise de l'accroissement démographique. Malgré la diminution du nombre d'exploitations agricoles, la persistance d'un patrimoine bâti, rural, civil ou religieux, témoigne de la civilisation rurale passée et garde une forte identité et un attrait certain au centre village.

Voir les commentaires

2007-10-25T16:27:14+02:00

STEINBRUNN LE BAS un peu de géographie

Publié par zoe

   La commune est situe a 275 m d altitude et sa superficie totale est de 8,58 km². Sa latitude est de 47° 40' 36" Nord et sa longitude de 7° 22'  04"

Il y a 854 ha de terres de cultures et prés ainsi que 207 ha de bois, 5 ha de jardins  et 7 ha de landes & étangs. 

Sa population est  d'environ 645 hab. (1999) 

Voir les commentaires

2007-10-18T22:24:05+02:00

STEINBRUNN LE BAS Mon village

Publié par zoe

                                                                                                                                    

Au sud de l'Alsace, entre Mulhouse, Saint Louis, Altkirch et Bâle se niche un sympathique petit pays :

                                                

Essentiellement rural, il s'étend de la plaine du Rhin aux collines du Sundgau. De beaux villages fleuris permettent de profiter de la nature, de l'air pur et de la tranquillité. Base idéale pour découvrir la Suisse, l'Allemagne, le Sundgau, le Jura, les Vosges... et l'Alsace.

                                                                         

Parmi ces 21 villages, voila :

STEINBRUNN-LE-BAS           

D'azur, au besant parti, d'argent et d'or.

 

 

                                                                    

commune française, située dans le département du Haut-Rhin et la région Alsace. Ses habitants sont appelés Steinbrunnois et Steinbrunnoises.

Situé à proximité directe des villages de Steinbrunn-le-Haut, Rantzwiller, Landser et Bruebach, ce petit village n'en est pas moins un carrefour de passage se situe aux portes du Sundgau et à 10 km au sud-est de la ville de Mulhouse, dans les derniers vallons du Jura alsacien sur la route qui mène d'Altkirch à Landser.

                               

Steinbrunn-le-bas s'ouvre à l'aval sur le bassin du cours d'eau Muehlbach qui relie entre elles, les communes de Steinbrunn le Haut, Landser et Diettwiller avant de rejoindre la plaine de la Hardt.

Autrefois, l'agriculture représentait l'activité principale des habitants du village, puis ce fut l'industrie mulhousienne qui attira la main-d'oeuvre et depuis les années 60, la Suisse voisine.

Ces dernières années, grâce à un développement maîtrisé de l'urbanisme, STEINBRUNN-LE-BAS a pu préserver son cadre de vie rural et garder l'identité héritée à travers les siècles. De ce fait, l'accroissement de la population s'est effectué de manière harmonieuse passant de 501 habitants en 1954 à 654 habitants en 2000.

 

                                                       

Comme son nom l'indique (« STEINBRUNN » vient du germanique Stein, pierre et Brunnen, source), le village possède de nombreuses sources et fontaine

Doté d'une histoire riche avec des vestiges de villa romaine entre STEINBRUNN-LE-BAS et RANTZWILLER, des fonts baptismaux datant du début de la christianisation du Sundgau près de la Chapelle Sainte Apolline, un château restauré en 1695 avec un portail armorié, des maisons de l'époque Renaissance en pierre, des maisons à colombages, une église Saint-Léger avec de beaux autels baroques et un moulin seigneurial, STEINBRUNN-LE-BAS mérite un détour.

a suivre ....

                                                                                                      
                                                                                                      

Voir les commentaires

2007-01-04T03:02:53+01:00

Géographie de l Alsace

Publié par zoe

 

L’Alsace est la plus petite région française, 190 km de long sur 50 km de large .

Elle occupe une superficie de 8280 km2 (environ 1.5% de la superficie de la France )

En 1990 on était  environ 1.62 millions d habitants.

 

L’Alsace est comme un long ruban posé à la jointure du Nord de la Suisse , de l’Allemagne et des Vosges. Bénéficiant d’un climat semi-continental grâce à la protection du massif Vosgien et de la Forêt Noire , la région offre des étés chauds et de longs et doux automnes. Idéal pour les visiteurs.

Située entre Rhin et Vosges, à la frontière de l'Allemagne  et de la Suisse , elle offre une grande diversité de paysages : plaines, rieds ( prés inondés), forêts, vignobles, vallées et sommets....

Tout a commencé, il y a bien longtemps, par un effondrement. Le fossé rhénan ouvert, le Rhin put s'y déverser, puis couler tranquillement vers la mer du Nord, et non plus vers la mer du Sud. Une plaine vit le jour, beaucoup plus large côté France que du côté allemand. On l'appelle le grand Ried.

Dans cette platitude fertile et facile à l'homme, les grandes villes ont grandi(Strasbourg,Mulhouse, Colmar) non loin du Rhin, la plus formidable route liquide de l'Europe. Après la plaine, voici le deuxième étage fait de collines couvertes à l'infini par les champs de vigne, traversé du nord au sud par la longue et fascinante route des Vins d'Alsace. Montons encore, plus à l'ouest : voici les vignes qui disparaissent brutalement, cédant la place à de sombres forêts de sapins et d'épicéas, et plus haut encore, à des ballons chauves et dégarnis, les fameux ballons des Vosges
Le Rhin ? L'axe industriel et commercial de l'Europe, le plus domestiqué des fleuves. La plaine d'Alsace ? Ce ne sont que fermes, champs immenses de maïs et de tabac .
 Les Vosges enfin ? Oui, il y a de grandes forêts intactes qui ne doivent leur sauvegarde qu'à la vigilance des Alsaciens (au Club Vosgien notamment). Même les Hautes-Chaumes - pâturages d'altitude pour les troupeaux - ne sont pas naturelles car, sans l'ardeur des moines défricheurs du Moyen Âge, ce serait encore de nos jours une jungle épaisse et noire de résineux
Les micro-régions
 - L'Outre-Forêt : se situe au nord-est de l'Alsace, dans un coin de la carte entre Haguenau, Wissembourg et le Rhin.
- Le Sundgau : à l'extrême sud de l'Alsace, entre Mulhouse et la Suisse.
- L'Alsace Bossue : à l'orée ouest du parc naturel des Vosges du Nord, entre Sarre-Union et Saverne.
- Le Kochersberg : au nord-ouest de Strasbourg. Champs de céréales, de tabac et de houblon dessinent un paysage original en damier, ponctué de vieux clochers-donjons.
- Grand Ried : la plaine baignée par le Rhin, entre Strasbourg et Colmar. Des marécages en voie de disparition mais farouchement défendus par les écologistes, s'étalent encore le long du Rhin et de l'Ill.
- Le pays Welche : autour du val d'Orbey, dans la région de Lapoutroie, au cœur des Vosges moyennes (Haut-Rhin).
- Le Florival : autour de Guebwiller. Toute la richesse viticole de la vallée tient dans ce nom si fleuri.
- Les vallées vosgiennes : la vallée de la Bruche, reste la plus ancienne voie de communication entre l'Alsace et la Lorraine, le monde rhénan et le monde français. Plus au sud, la vallée de Munster est le pays du célèbre fromage. À l'ouest de Mulhouse, la vallée de la Doller. Autres belles vallées méconnues, le val d'Argent et le val de Villé.
- Les lacs vosgiens : il y en a 4 célèbres: le lac Blanc, le lac Noir, le lac des Truites et le lac Vert.
- Le massif du Hohneck : l'un des plus beaux sommets des Vosges, et qui offre une vue sublime.
- Le Grand Ballon : point culminantdes Vosges a 1424m

Voir les commentaires

2007-01-03T23:49:09+01:00

QUE NOTRE ALSACE EST BELLE

Publié par zoe

lE PAYS DU ROMANTISME

Province chaleureuse et prospère, l'Alsace figure en bonne place au palmarès des plus belles régions de France. Si la beauté de ses paysages, la richesse de son patrimoine et de sa gastronomie sont légendaires, il est une qualité rare dont elle peut à juste titre s'énorgeuillir : la diversité de ses pays fait d'elle cette belle province aux milles attraits, qui de la plaine aux crêtes vosgiennes, et des vallons aux forêts rhénanes, déroule son vaste manteau de paysages changeants et accueillants. Il en est des pays d'Alsace comme d'une mosaïque aux multiples couleurs et paysages

 

L’Alsace est belle de ses villages de contes de fées avec ses maisons à colombages aux toits pentus, l’Alsace est fière de ses villes médiévales qui rivalisèrent de puissance avec les princes et les rois d’antan.

Les trois grandes villes alsaciennes sont : Strasbourg, la capitale intellectuelle, culturelle et financière, Mulhouse, centre industriel et économique et Colmar région viticole.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog